Fiche méthodologique du CI3P d’implication de patients partenaires

Le CI3P organise son action de manière systémique et transversale en mobilisant des patients partenaires en formation médicale et interprofessionnelle, en éducation populaire, dans la recherche,  et bientôt dans les milieux de soins.

Afin de mobiliser les patients, et certains proches, le CI3P organise des entretiens en tandem médecin-patient en se référant au référentiel de compétences patient développé successivement dans le cadre d’une thèse (Flora, 2012) [1], puis intégré dans la démarche du partenariat patient développé au Canada par la Direction Collaboration et Partenariat Patient (DCPP, 2015 [2]; Flora, 2015 [3]).

Selon l’analyse de l’entretien, les patients peuvent être invités à une mobilisation à travers une mise en œuvre pédagogique au cours de laquelle ils seront préparés par des processus de co-contruction, ou bien seront  accompagnés avant de pouvoir agir concrètement. Dans cette seconde situation, il leur est proposé d’étudier au sein du DU Art du Soin en partenariat avec le patient Mettre le lien vers la fac (une formation que certains  patients déjà mobilisés ont suivi) et de participer à leur rythme et selon leurs temporalités aux différentes actions proposées en éducation populaire sur la santé par la Maison de la Médecine et de la Culture (MMC).

Pédagogie médicale et en sciences de la santé :
Diverses actions pédagogiques sont actuellement créées ou répétées et améliorées tant en éducation médicale, dans le cadre d’enseignement de collaborations interprofessionnelles en partenariat avec le patient, ainsi qu’en formation continue. Elles sont toutes réalisées dans le cadre d’à minima un tandem de partenariat médecin-patient.


Dans la recherche : D’autres actions sont développées dans ce domaine en ce premier semestre 2020 :

  1. que ce soit à l’hôpital à travers une recherche exploratoire (ralentie actuellement pour cause de confinement) au sein d’un service d’évaluation et de traitement de la douleur dans le cadre d’un partenariat qui implique les équipes médicales et paramédicales, des patients co-chercheurs du CI3P, et des chercheurs de Sciences Humaines et Sociales du laboratoire du LAPCOS à travers une recherche action ;
  2. d‘accompagnement d’étudiants en médecine générale en thèse au sein du DERMG;
  3. d’évaluation de chabots et d’applications mobiles numériques,  par des tandems médecin-patient co-chercheurs, une recherche menée avec plusieurs département d’enseignement et de recherche en médecine générale.

Les deux dernières actions sont menées avec le département d’enseignement et de recherche en médecine générale (DERMG).

Milieux de soins

Nous en sommes, en ce premier semestre 2020, à la préparation de la mobilisation de patients partenaires « ressources », de professionnels de santé et organisations.

Enfin, des conférences de sensibilisation à destination des professionnels de santé ont été et seront répétées pour les accompagner dans la recherche de patients partenaires dans leurs sites d’exercice afin que de nouvelles pratiques s’organisent dans les milieux de soins.

Financement

Le CI3P est financé en 2020 par l’ARS PACA. La recherche sur les applications numériques est elle financée par l’Agence nationale de la Recherche (ANR)

Point fort :

La méthodologie de mobilisation des patients partenaires du CI3P reprend une approche éprouvée depuis 10 ans à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal par la Direction Collaboration et Partenariat Patient (DCPP).

Limite :

La difficulté de fédérer des patients partenaires sans assise juridique spécifique

Contact


Bibliographie

[1] Flora L. (2012). Le patient formateur : élaboration théorique et pratique d’un nouveau métier de la santé. Thèse de doctorat de sciences sociales, spécialité « Sciences de l’éducation », Université Vincennes Saint Denis – Paris 8, campus Condorcet.

[2] DCPP (2015). Référentiel de compétences des patients, Direction collaboration et partenariat patient, Faculté de médecine, Université de Montréal.

[3] Flora L. (2015), [Un référentiel de compétences de patient : pourquoi faire ? Du savoir expérientiel des malades à un référentiel de compétences intégré : l’exemple du modèle de Montréal, Presses Académiques Francophones, Sarrebruck, Allemagne.